Vendée Globe
Infos tendances

Ménage, alimentation… Comment vit un skipper du Vendée Globe ?

Ce dimanche 6 novembre 2016 est donné le départ de la légendaire course maritime le « Vendée Globe », une des plus grandes courses en solitaire au monde. A 13h environ, 300 000 supporters seront sur les quais de port Olonna pour encourager les vingt-neuf skippers prêts à s’élancer dans un tour du monde sans assistance et sans escales. Au programme de ces 80 à 100 jours de mer : suspense et grands moments de sport. Mais c’est vite oublier que la course se joue aussi (et surtout) sur de petites habitudes quotidiennes à l’intérieur des monocoques…

Comment les skippers s’accommodent-ils de ces dizaines de semaines dans l’espace réduit des cabines ? Entre cuisine rudimentaire, passe-temps et ménage, découvrez le quotidien de ces aventuriers modernes.

Que mange-t-on ? Comment cuisine-t-on ?

Courir les mers du monde entier, c’est un sport et cela nécessite donc de bien s’alimenter. Beaucoup des concurrents font donc appel aux conseils de diététiciens pour composer des repas équilibrés et suffisamment consistants. Au menu donc, des conserves mais aussi des plats lyophilisés, essentiels pour ne pas perdre de temps aux « fourneaux ». A ces réserves de nourriture, il faut bien sûr ajouter d’énormes quantités d’eau en bouteille. Cependant, plusieurs skippers utilisent aujourd’hui des « dessalinisateurs » pour transformer l’eau des océans en eau douce et potable !

Côté accessoires de cuisine, certains concurrents n’hésitent pas à partir avec des objets surprenants comme un mini-four. Idéal pour cuire un bon pain frais. Cependant, ne vous y trompez pas, la cuisine se résume la plupart du temps à un petit évier, un réchaud et une bouilloire, comme le raconte par exemple Thomas Ruyant à FranceInfo.

Comment se passe une journée-type ?

A cette question, nous serions tentés de dire qu’il n’y a justement pas de journée-type ! Évidemment, le soleil régule le quotidien, mais c’est sans compter sur les conditions météo très changeantes.

Bien entendu, certains rituels ne changent pas : les repas (au rythme du soleil), les correspondances téléphoniques avec l’équipe, les journalistes ou la famille ou encore les allers-retours incessants à la fameuse « table à carte ».

A côté de tout cela, il faut également faire un tour du bateau chaque jour pour vérifier que tout est à sa place et réparer les petits incidents. Bref, les journées sont bien chargées et il faut attendre un temps clément pour pouvoir s’accorder quelques moments de détente : sieste, lecture et même musique (pour ceux qui auront emmenés leurs albums de musique préférés).

Question sommeil, c’est encore bien différent de notre quotidien sur la terre ferme. Les skippers s’accordent en moyenne six heures de sommeil par jour, mais découpé en plusieurs phases. Pour être toujours à l’affût ! Rares sont donc les périodes de plus de 1h30 de sommeil continu.

Et pour le ménage alors ?

Dans ces voiliers monocoques, les espaces de vie intérieurs sont réduits :  environ 7m². Pas de quoi passer des heures à jouer les fées du logis donc. Le ménage ? Un petit rangement de temps en temps, des déchets que l’on doit mettre de côté et surtout des vaisselles quotidiennes. Cependant, attention, l’eau est précieuse ! D’autant plus qu’il est nécessaire d’en conserver suffisamment pour quelques autres moments de toilette !

Rappelons-le cependant, le plus important pour les skippers demeure l’état du bateau. Il faut l’entretenir, en réparer la coque et préserver la voile à tout prix. D’ailleurs, la plupart des concurrents sont équipés du nécessaire pour la raccommoder.

Alors prêt(e) à suivre cette course incroyable ? Donnez-nous vos impressions en commentaire !

Comment avez-vous trouvé cet article ?
Article précédent Article suivant

Vous devriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser un commentaire